📞03 79 58 00 02

Évitez les arnaques des pompes à chaleur : protégez-vous avec nos astuces9 min. de lecture

arnaque pompe à chaleur

Les pompes à chaleur peuvent offrir d’importantes économies d’énergie, à condition de se méfier des arnaques. 

Découvrez comment vous prémunir des arnaques avec ces 5 astuces clés. Quels sont les pièges courants liés aux pompes à chaleur ? ‍ 

Il est bien connu que, sur le territoire français, les projets liés à l’énergie attirent leur lot d’escroqueries. ‍En effet, des entreprises malhonnêtes tendent des pièges aux consommateurs. ‍ 

Certaines d’entre elles prétendent offrir des services experts, alors qu’en réalité, elles manquent de compétences et d’expertise. ‍  Imaginez la frustration face à une pompe à chaleur toute neuve mais défectueuse ! ‍ Pas de panique, nous sommes là pour vous. 

Ce guide vous présente :

  • Les principales escroqueries à identifier
  • Les méthodes pour vous en prémunir
  • Les démarches juridiques à suivre si vous êtes déjà victime ‍ Grâce à ces informations, vous pourrez investir judicieusement tout en restant à l’abri des fraudeurs. ‍ Sans plus tarder, découvrez les 5 mises en garde essentielles pour un achat sûr.
arnaque pompe à chaleur

Les 5 mises en garde pour l’installation d’une pompe à chaleur

1. L’illusion de la pompe à chaleur à 1 euro

Vous avez sans doute entendu parler de la fameuse offre de pompe à chaleur à seulement 1 euro. La réalité est que cette affirmation est trompeuse. ‍ 

Ces offres sont fréquemment le fruit de démarchages téléphoniques pressants, une approche que l’on qualifie de démarchage intempestif. 

En France, solliciter ainsi pour des équipements énergétiques n’est pas permis. C’est à vous de prendre l’initiative. ‍ 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette offre n’est pas une initiative étatique. ‍ Les subventions gouvernementales pour une PAC incluent :

  • MaPrimeRénov’
  • TVA à tarif réduit
  • L’Éco Prêt à Taux Zéro
  • Les CEE
  • Le bonus chauffage ‍ 

Ces aides, bien que certaines soient cumulables, ne vous amèneront jamais à un coût final de 1 euro. 

Notez que ces aides couvrent jusqu’à 90% du devis total.

Concernant le coût, nous vous suggérons de bien vous informer sur les tarifs courants. Ainsi, vous saurez distinguer une offre honnête d’une potentielle arnaque. 

2. Ignorer la certification RGE pour votre artisan ‍

Installer une pompe à chaleur n’est pas une tâche anodine. La nécessité d’une formation adéquate pour l’installation en est la preuve. ‍ 

Lors de votre sélection d’un installateur, sa compétence et son expérience sont primordiales. En d’autres termes, il est essentiel de choisir un professionnel détenteur de la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). ‍ 

Et voici pourquoi :

  • Sans cette certification, vous ne pourriez bénéficier des aides étatiques.
  • Cette certification garantit :
    • Une pose conforme aux normes,
    • Une mise à jour continue de l’artisan sur les formations et les règlements,
    • Une familiarité avec les modèles récents de PAC,
    • Une connaissance actualisée des régulations (formation à renouveler tous les 4 ans). ‍ 

3. Ne signez qu’un seul devis sans confirmer l’obtention des aides

‍L’installation d’une PAC suit des étapes spécifiques. ‍ Avant de finaliser un devis, il est essentiel de constituer et d’obtenir l’approbation pour les subventions envisagées. ‍ 

L’erreur serait de penser que vous recevrez automatiquement les aides financières même si vous remplissez toutes les conditions. 

Par exemple, pour bénéficier de MaPrimeRénov’ ou du Bonus Chauffage, vous devez avoir l’assurance de leur accord avant de commencer les travaux. 

Si vous entamez les travaux sans avoir suivi la procédure appropriée, vous risquez de perdre ces aides.

D’ailleurs, avant de valider un devis, assurez-vous de comparer plusieurs offres pour choisir la plus adaptée à vos besoins. ‍

4. Ne négligez pas l’analyse thermique avant la mise en place ‍ 

Un expert doit effectuer une visite à votre domicile pour définir vos exigences. ‍Cette visite vise à évaluer votre équipement actuel et les caractéristiques de votre maison. L’expert évalue :

  • La surface habitable,
  • L’efficacité de l’isolation,
  • La localisation,
  • La moyenne des températures annuelles,
  • Le nombre d’occupants. ‍ 

L’objectif est d’analyser l’emplacement prévu pour la PAC et de s’assurer que cela est en phase avec votre budget. Grâce à cette évaluation thermique, le technicien peut déterminer la taille appropriée de votre pompe à chaleur, c’est-à-dire sa puissance et sa capacité. ‍ 

En somme, il est impossible d’établir un devis précis sans avoir réalisé cette étude préalable. Un artisan omettant cette étape essentielle n’est pas digne de confiance.

5. Vérification de l’éligibilité de votre pompe à chaleur aux subventions

Toutes les pompes à chaleur ne sont pas systématiquement éligibles aux primes gouvernementales. Il est donc crucial de vérifier le rendement du dispositif pendant la saison de chauffage. ‍ 

L’indicateur clé pour déterminer ce rendement est son efficacité énergétique. Cette dernière doit être d’au moins 117% pour prétendre aux subventions. Les pompes à chaleur de type air-eau et eau-eau sont généralement celles qui bénéficient le plus de ces aides, contrairement aux PAC air-air. ‍ 

arnaque pompe à chaleur

5 recommandations pour un achat de PAC judicieux

Conseil 1 – Assurez-vous que la décision d’installation provient de vous.

Comme mentionné précédemment, l’achat et l’installation doivent être une décision réfléchie et personnelle. ‍ ‍ 

Bien que des incitations financières soient offertes par l’État, l’acquisition d’une pompe représente un coût important (on évoque des milliers d’euros). Il est donc essentiel que vous soyez le moteur de cette initiative.

Il est aussi judicieux de réfléchir à la pertinence de l’investissement. Si, par exemple, vous possédez une chaudière récente, un remplacement pourrait ne pas être nécessaire.

Pour simplifier, l’achat et l’installation d’une PAC doivent être mûrement réfléchis et non impulsifs.

Conseil 2 – Sollicitez un accompagnement pour vos démarches en matière de rénovation énergétique

En Hexagone, l’initiative “Faire” a été lancée par les autorités. Son but est de guider les résidents dans leurs projets de rénovation énergétique. ‍ 

L’installation d’une pompe à chaleur fait partie des initiatives éligibles à cet accompagnement. ‍ Des consultants sont à votre écoute, soit directement par téléphone, soit au sein d’une agence locale. ‍ 

Par ailleurs, le site renommé “ufc que choisir” peut vous offrir des témoignages variés d’autres clients.

Conseil 3 – Sélectionnez votre installateur de pompe à chaleur depuis un répertoire agréé

Nous avons évoqué la certification RGE précédemment. ‍ Elle est attribuée par l’entité Qualit’ENR. Vous pouvez donc utiliser leur site pour identifier un professionnel compétent.

‍Parmi les certifications pertinentes à considérer, en plus de la RGE, on retrouve :

  • QualiPAC pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire,
  • Qualibat pour les PAC,
  • Qualifelec pour les PAC1 et PAC2. ‍ 

Pour vous aider, nous avons établi un réseau de professionnels qui répondent à des normes strictes (formation, expérience, charte de qualité, etc.). 

Conseil 4 – Veillez à votre droit de rétraction lors de la commande d’une pompe à chaleur

Lors d’événements comme les expositions ou les foires, il est fréquent de céder à la tentation et de signer immédiatement un devis. Si vous faites cela, vous pourriez ne pas avoir la possibilité de revenir en arrière. ‍

L’astuce est donc de s’assurer systématiquement de l’existence d’une option de rétraction. Vous disposez en général de 14 jours pour cela. 

C’est un élément crucial à vérifier avant d’engager votre signature pour l’achat d’une pompe à chaleur.

Si vous avez déjà apposé votre signature sur un devis mais que vous avez des doutes, n’hésitez pas à faire valoir votre droit de rétraction. Ainsi, vous aurez le temps de comparer d’autres offres avant de finaliser votre achat.

Conseil 5 – Consultez les retours d’expérience sur l’entreprise sélectionnée ‍ 

Une entreprise professionnelle et fiable n’hésitera pas à afficher ses avis positifs en ligne. ‍ Cependant, une absence d’avis pourrait être un signal d’alerte. 

Assurez-vous également de la véracité des commentaires. Idéalement, ceux-ci devraient provenir de sources tierces et fiables, telles que “Trustpilot” ou “Avis Vérifiés”. ‍ 

En cas de doute, une simple recherche en ligne avec le nom de l’entreprise suivie du terme “arnaque” pourrait vous révéler des problèmes antérieurs. ‍ 

Les démarches juridiques face à une arnaque sur une pompe à chaleur

Le portail officiel du gouvernement offre un moyen de soumettre une plainte via un formulaire en ligne.

Ce formulaire requiert des détails concernant la nature de votre plainte, la description du souci, l’entreprise incriminée, et vos informations personnelles. N’oubliez pas que seules les plaintes concernant des entreprises certifiées RGE peuvent être soumises.

Si cette voie ne donne rien, envisagez de consulter un avocat spécialisé en droit de la consommation.

Mais soyez vigilant : des individus malintentionnés, se faisant passer pour des juristes, peuvent tenter de vous escroquer. Il est crucial de vérifier les références et les retours sur les cabinets d’avocats que vous envisagez.

Récapitulons les précautions à prendre pour éviter les arnaques liées aux pompes à chaleur :

Les principales arnaques en France concernant les pompes à chaleur proviennent :

  • D’acteurs non certifiés fournissant un travail médiocre.
  • D’entreprises abusant des primes offertes en France pour vous induire en erreur.
  • D’organisations facturant des montants exorbitants comparativement à la valeur réelle du service.

Pour contrer ces tromperies, assurez-vous de :

  • Prendre l’initiative vous-même, sans céder aux techniques de démarchage.
  • Effectuer des recherches et comparer différentes entreprises, en utilisant notamment la plateforme “Faire” mise à disposition par le gouvernement.
  • S’assurer de la qualification et des certifications de l’artisan choisi.
  • Vérifier votre éligibilité aux diverses aides.

Gardez à l’esprit la nécessité de remplacer votre chaudière actuelle. Si vous avez des remords après un achat, n’oubliez pas votre droit de rétractation de 14 jours. Si ce délai est dépassé, vous pouvez toujours recourir à des actions juridiques.

En somme, pour réellement économiser de l’énergie, votre investissement doit être judicieux. Prenez donc toutes les précautions mentionnées précédemment.

Articles relatifs